Préparartion du bateau
Le choix des voiles et vite fait, la G.V. 29 m2 derrière, et le solent
17 m2 à 2 ris devant. Ont prend les réductions qui s'imposent aux
conditions du jour dés l'installation des voiles. Le spi asymétrique
est toujours prêt à être envoyé pour les bords de largue.
Sortie du port :
La manœuvre au moteur, dans le port, n'est pas évidente avec ce
genre de bateau. Il faut impérativement prendre le vent en
considération, dans chaque déplacement. Notre place est en bout
de ponton, avec le dégagement nécessaire pour manœuvrer.
C'est parti ! on met les part-batages et les amarres au fond des
cockpits. Sortant du port presque face au vent, on hisse la G.V.
du pied de mat, on l'étarque à l'aide du palan de point d'amure.
Nous larguons les wings qui passent de la position verticale à
l'horizontale en une seconde.
Premières bords, ça impressionne ! !
!
sous grand voile seule par 10 à 12 nd de vent au
largue, le bateau est déjà à 7,5 nd, alors que l'on à
pas encore commencer à régler quoique ce soit.
Dés la jetée franchie, c'est le solent qui monte et
s'étarque lui sur un des winchs grâce une poulie de
renvoie. Le bateau accélère, nous arrêtons le
moteur et remontons la chaise à l'aide d'un petit
palan. Les écoutes ajustées, le temps de mettre les
penons bien horizontaux, nous allons rapidement
flirter avec les 10 nd. Dés les premiers bords,
nous sentons bien que notre Raidrider est un jeune
catamaran fougueux, qui ne tient pas en place. Il
ne demande qu'à avancer et accélérer. En effet Le
vent monte un peu, et on trouve alors bien sa
place sur les wings. Assis à trois à l'extérieur du
bateau, on ne reçoit aucun embrun, le couple de
rappel est maximum.
Un multi, ça marche toujours aux allures portantes, mais au
prés ? Nous allons donc tout border en nous rapprochant du
vent. Premier bord, le bateau est stable, rigide, pas de
grincement, l'avant des flotteurs tape un peu dans le clapot
des vagues qui se creusent de plus en plus. Le vent
s'approche des 20nd, et nous décidons de prendre de suite
un riz, ce sont les premiers tests, restons prudents. La vitesse
diminue alors que l'on se rapproche du lit du vent. Dans une
houle de un mètre, les voiles sont bien bordées, et le bateau
est bien stable en tenant une moyenne de 8,5 nd. Je relève le
cap fond du gps, histoire de contrôler si on ne tire pas des "
bords carrés ". On navigue tribord amure au 275°,
logiquement on devrait passer bâbord amure autour du 5°.
Après une quinzaine de minutes sur cette amure, nous
sommes parés à virer. On envoie, ça se passe tout seul, le
bateau vire tranquillement. Le foc est passé rapidement, et
c'est reparti sur l'autre bord. Le bateau ne s'est pas
franchement arrêté, à se demander si nous sommes bien sur
un catamaran. Après quelques minutes sur ce nouveau bord,
le gps nous indique un cap au 8° pour une vitesse égale au
bord précédent. On double la balise qui était à notre vent, et
là j'en conclus que les performances au prés de notre cata
sont honorables.Il est évident que dés que l'on choque les
écoutes, pour passer au allures de travers, le cata accélère
vivement, et les sensations aussi.